RSS

Accueil > Paroles en l’air > Les sons montent à mes oreilles

Les sons montent à mes oreilles

samedi 18 août 2012, par chris.fournie

En ce jour de canicule, 37° à l’ombre, le repos s’impose. L’avantage de ne pas bouger est de se concentrer sur l’environnement un peu plus que d’ habitude ; je profite de ce moment pour fermer les yeux, assise sur ma terrasse et écouter les sons qui m’environnent. Rien de tel que se servir d’un seul sens pour tirer la substantifique matière qu’il nous offre.

Une petite bise fait bruisser les feuilles autour de moi : je reconnais le son grave des grosses feuilles de vigne vierge à côté, le bruissement léger des feuilles de bambou un peu plus loin et en fond sonore, celui des feuilles de cerisiers au fond du jardin. Le tout est ponctué par les trilles des petits oiseaux, moineaux, pinsons, mésanges noires, par les cris spécifiques des hirondelles, fins légers, sautillants, et ponctué de temps en temps par le petit "cui-cui" des merles.

Je me repais de ces sons multiples, profite à fond de mon ouïe en éveil. Parfois ces sons sont ponctués par l’aboiement du teckel à poil dur du voisin, par le ronflement d’un avion qui monte vers Paris. Aujourd’hui, pas de miaulement de chats, ils ont trop chaud et doivent se prostrer à l’ombre.

Expérience enrichissante, car je perçois plus distinctement chaque son, l’analyse, imagine ce qui le produit, loin du tintamarre de la ville et de son concert de klaxons !

Répondre à cet article