RSS

Accueil > Mes Publications > Les incivilités quotidiennes > Espion, montre-toi !

Espion, montre-toi !

dimanche 12 janvier 2014, par chris.fournie

Je suis au calme aujourd’hui, pas de réunion ce matin, je vais avoir le temps de lire et répondre aux mails. Concentrée sur mon ordinateur, je ne vois pas arriver notre assistante dans le bureau car je suis un peu de quinconce, le dos à la fenêtre mais de biais. Elle m’apporte le quotidien économique du jour. Pour ce faire, elle approche de mon bureau ; en me tendant Les Echos, je vois son regard noir rivé sur mon écran. Impossible de louper ce coup d’œil tant son regard est sombre ; on dirait deux billes de loto ! De plus, ça donne une sensation étrange dans le langage corporel, car elle me parle sans me regarder, détachant plusieurs fois de suite ses yeux pour tenter de capter le contenu de mon écran. Je ricane intérieurement… ça n’est pas aux vieux singes qu’on apprend à faire des grimaces ! Le plus drôle, c’est qu’elle pense que je ne m’en rends pas compte. Elle est tellement engagée dans sa quête d’information qu’elle ne peut pas capter les signes sur mon visage qui lui montreraient que je sais. Tout cela est ridicule et très infantile !
Je décidai d’en avoir le cœur net, de savoir jusqu’où sa curiosité pouvait bien la pousser et lui tendis un piège. Je tournai ostensiblement l’écran de mon ordinateur de façon à rendre ardu son espionnage, devrais-je dire son « espionnite aigüe » ?
Quelques jours après, rebelote… elle arrive d’un pas feutré, sourire aux lèvres, masquant sa vraie nature, approche de mon bureau. Je l’observe, guette, tel le cougar avec sa proie, curieuse de voir comment elle va se débrouiller. Pas besoin d’attendre longtemps. Elle contourne mon bureau et pose les deux mains sur le côté. C’est ce qu’on appelle « entrer dans la sphère intime de l’autre ». Je souris en lui parlant, contente que mon piège ait fonctionné, sourire sarcastique bien sûr, mais qu’elle ne capte pas.

- Règle 1 : Au travail aussi, certaines données sont privées.

- Raison : Les données de l’entreprise appartiennent à l’entreprise ; pourtant, chacun à son poste a le droit d’avoir une certaine intimité, ne pas vouloir que l’on épie ses faits et gestes, que l’on regarde sur son écran pour savoir ce qu’on est en train de faire, que l’on fouille dans ses affaires... Une part d’espace privé est nécessaire, y compris dans un bureau.

Répondre à cet article