RSS

Accueil > Mes Publications > Les incivilités quotidiennes > Bonne journée !

Bonne journée !

samedi 18 janvier 2014, par chris.fournie

En ce lundi matin, confortablement installée dans le RER, je ne ressens pas trop les effets de mon lumbago. Voilà ce que c’est de porter des bûches de un mètre dans la cheminée ! Nous ne sommes pas nombreux et je sens un regard posé sur moi. Je lève les yeux pour voir un peu plus loin un homme d’un cinquante d’année, à la mine renfrognée, pas souriante, voire patibulaire, aussi triste que sa parka bleu marine.
Arrivée au travail, j’attends l’ascenseur avec une dame. Les portes s’ouvrent, nous nous engouffrons dans cet amas de ferraille, aussitôt rejointes par mon gars du métro que je n’avais d’ailleurs pas vu arriver sur le site de l’entreprise. Nous appuyons à tour de rôle sur le bouton de notre étage, un, deux, trois…. Maintenant que je le vois de près, j’ai encore la même impression, masse trop froide à côté de moi, je m’éloigne subrepticement.
La porte s’ouvre au premier étage, la collègue descend, ils se saluent en se tutoyant et elle nous souhaite à tous les deux une bonne journée. Je lui réponds bien sûr avec un sourire, vous vous en doutez ! L’ascenseur poursuit sa montée vers les cimes puis stoppe au deuxième étage. Et notre butor sort de l’ascenseur sans un mot, m’ignore royalement et s’engage dans son couloir, la tête rentrée dans les épaules. Ce n’était pas la peine de me regarder dans le métro si c’était pour m’ignorer ensuite. Bon, manifestement, il ne salue que les gens qu’il connaît.
J’ai envie de lui dire de sourire, d’échanger, que sa journée sera d’autant plus agréable qu’il se comportera de façon plus amène, courtoise. Mais il serait certainement sourd à la pensée positive. Il n’empêche, ma première impression était la bonne, c’est un rustre !

- Règle 3 : Saluer ses collègues, débuter la journée positivement.

- Raison : C’est tellement plus agréable de se parler, de sourire, d’échanger avec les autres. Même pour ceux qui n’ont pas ça dans le sang, ils devraient y faire attention ; au travail, on peut croiser son futur chef. Imaginez arriver à un entretien avec une longueur de retard car la personne qui vous reçoit a déjà une opinion sur vous, même sans vous connaître…

Répondre à cet article